Un peu de chiffres

Les équilibres financiers de l’UMGGHM sont délicats, personne ne le nie. la prise en charge des dépassements d’honoraires des praticiens libéraux du GHM génèrent un besoin de financement entre 3 et 4 millions d’euros par an juste pour cela. Il faut donc trouver des recettes suffisantes pour absorber cette charge. Les recettes du GHM sont à peu près celles de l’hôpital public, à peu près parce que les pouvoirs publics baissent ces recettes d’environ 1M€ par an. Ne me demandez plus pourquoi, reportez vous au Plan de Financement de la Sécurité Sociale, dont le rapporteur était, si je me souviens bien, Olivier Véran, député de la 1ère circonscription de l’Isère.

Les leviers qui ont été mis en œuvre depuis près de 5 ans, sont multiples : Vérification systématique de la cotation des actes, augmentation de la productivité auprès du personnel qui a fait de réels efforts, mise en commun avec le MFI-SSAM de personnel (Direction Générale, appuis juridiques, etc, regroupement des achats, arrêt des remplacement du personnel malade, dont la charge est répartie sur un pool, et bien d’autres encore, qui on permis petit à petit d’arriver pratiquement à l’équilibre en 2018.

C’est sûr que 2019 ne portera pas le même résultat : d’abord, l’activité s’est tassée en 2019, l’annonce de la vente de GHM ne pousse pas les patients à s’engager avec l’établissement pour des soins de longue durée, et de plus, difficultés à recruter pour remplacer les praticiens ou les personnels qui partent, et qui hésitent à venir dans un établissement dont AESIO-Adrea Mutuelle a rendu l’avenir incertain.

Vous trouverez dans le tableau ci-dessous la progression du rapport dépenses/recette sur les quelques années passées.

On voit bien que les recettes d’exploitation ont toujours permis d’assurer les dépenses d’exploitation.

Parallèlement à cela , d’autres projets ont été mis sur pieds, pour assurer la croissance du GHM, ce que nous verrons dans la page suivante. Déjà, la construction du bâtiments administratif a pu libérer des locaux devnus bien trop exigus.

Le GHM a entrepris de construire le bâtiment administratif, au 121 de la Rue d’Alembert. Ce bâtiment a été construit sur les fonds de la SCIMI. Mais il manque encore de la place !
voyez dans la page ‘Des projets tués dans l’oeuf’ les solutions envisagées, avant le projet de vente »