Conférence Résister à la marchandisation de la Santé en France et à Grenoble.

Conférence Résister à la marchandisation de la Santé en France et à Grenoble.



L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est GHM-Affiche-Conference-28032022-Def-724x1024.jpg.



De récents événements mettent en lumière les méthodes pour le moins peu scrupuleuses du possesseur actuel des cliniques mutualistes de Grenoble :

– En Maurienne, le Hameau du Village à Albiez Montrond, est géré par la société Poppins, société du groupe Doctegestio-Avec, propriété de M. Bensaid. C’est un hameau de vacances, avec des propriétaires privés. Poppins encaisse les locations des vacanciers, les taxes de séjour, mais ne reverse ni les loyers aux propriétaires, ni les taxes de séjour à la commune, ni ne paye les factures d’eau. Cette société doit plus de 200 000 euros à la communauté de communes et 3 500 000 euros aux propriétaires des logements.

– l’Agence régionale de santé de Bourgogne-Franche- Comté a retiré à l’association Servir, dont M. Bensaîd est le président, et qui est contrôlée par Doctegestio-Avec, la gestion de l’Ehpad La Rosemontoise à Valdoie dans le Territoire de Belfort. L’association Servir a encaissé les cautions payées par les familles à l’entrée des résidents dans l’Ehpad, mais refuse de rendre l’argent des cautions aux nouveaux gestionnaires. Le préfet porte l’affaire en justice.

Qu’est -ce que cela signifie pour les cliniques mutualistes de Grenoble ? Eh bien que les factures sont payées avec retard, quand elles sont payées, que les services ne sont plus rendus, fermeture des Urgences etc…

En fait, M.Bensaid, qui se vante d’avoir été un des meilleurs économistes de France, jongle avec la trésorerie de ses sociétés, mais il doit tellement d’argent à tout le monde qu’il lui est bien difficile de payer ses dettes. Cependant une chose est sûre: il n’a pas oublié de prélever sur les cliniques mutualistes de Grenoble 1.7 million d’euros, au titre d’une convention qu’il s’est lui même signée, et ceci sans attendre les comptes annuels du Groupe Hospitalier Mutualiste.

C’est ce fonctionnement de prédateur mis en place par M. Bensaïd que nous dénonçons depuis plus de 2 ans. La cession des cliniques mutualistes de Grenoble à une société commerciale lucrative est un scandale.

Le président d’Adrea-Aesio ne pouvait ignorer la fragilité du groupe Doctegestio-Avec, ni tous les procès à l’encontre de Doctegestio-Avec et M. Bensaid, qui ne datent pas de la cession. De plus, le cabinet de conseil juridique d’Adréa-Aesio, le cabinet Ernst & Young, ne pouvait ignorer les difficultés de Doctegestio-Avec . C’est bien une arnaque qui s’est mise en place lors de cette cession, arnaque dont sont victimes les adhérents mutualistes grenoblois qui ont financé les constructions des cliniques mutualistes de Grenoble, au profit vraisemblablement de MM. Brothier et Bensaid.

Nous en avons assez, de la marchandisation de la santé ou des établissements de soins . Souvenons nous de l’affaire Orpéa en janvier, l’affaire Korian plus récemment. Est-ce normal, dans un Ehpad dont le financement est assuré pour la plus grande partie par de l’argent public, alors qu’il faudrait consacrer au moins 20 minutes de soins à une personne âgée, que ces gestionnaires privés lucratifs décident de n’en accorder que 8 minutes, et se mettent dans la poche le financement des 12 minutes non affectées à la personne âgée? C’est INADMISSIBLE, pour des raisons éthiques en premier lieu et d’autant plus que nous les finançons par nos impôts, qu’ils soient départementaux pour les Ehpads, ou par nos cotisations de sécurité sociale pour le soin.

La santé est notre droit, notre bien, mobilisons nous la défendre !

Dans cette perspective, nous organisons une conférence le lundi 28 mars 2022 à 18h30 à la Maison du Tourisme, en présence de Monsieur Philippe Batifoulier, spécialiste de l’économie de la santé.

Nous ferons également le point sur les différentes procédures juridiques en cours.

L’appel au référé a été déposé en décembre 2021, le rendu sera donné le 16 mai 2022.

La procédure sur le fond sera très prochainement déposée par notre avocat Maître Amblard, au nom de la Métropole, la ville de Grenoble, les amis des cliniques mutualistes de Grenoble, l’union de quartier Berriat-Saint Bruno-Europole et 8 adhérents d’Adréa-Aesio toujours unis.

Quelques liens:

sur le village de vacances en Maurienne:
https://youtu.be/5BC0rtarL-o

https://www.ledauphine.com/societe/2022/03/02/albiez-montrond-la-communaute-de-communes-denonce-un-hebergeur-mauvais-payeur-en-lui-coupant-l-eau

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/albiez-montrond-200-000-euros-d-impayes-pour-une-residence-touristique-les-elus-viennent-lui-couper-1646169452

sur l’Ehpad la Rosemontoise à Valdoie dans le Territoire de Belfort :
Le Trois : https://letrois.info/a-la-une/valdoie-lassociation-servir-doit-rembourser-plus-de-32-millions-deuros/?amp
L’Est Républicain (abonné) : https://www.estrepublicain.fr/societe/2022/02/17/ehpad-de-la-rosemontoise-et-mecs-villa-des-sapins-servir-doit-restituer-plus-de-3-2-millions-d-euros

Sur les urgences :
article Dauphiné Libéré du 6 février 2022




Nous avons toujours besoin de votre soutien, nous ne pouvons rien faire sans vous.
Rejoignez nous, soutenez financièrement notre action juridique. Oui, notre quotidien est dérisoire par rapport à ce que l’on entend à l’est de l’Europe, mais notre action s’inscrit contre le développement anarchique de l’argent dans le domaine sanitaire ou social, non pas que nous soyons contre le privé dans la santé (les Cliniques Mutualistes de Grenoble ont toujours été des établissements privé, mais sans but lucratif, tous les résultats excédentaires ont été convertis en investissement, il n’y a jamais eu de distributions de dividendes à des actionnaires, mais aujourd’hui, on voit bien que le rivé lucratif lorgne sur notre santé.

Le président des Amis des cliniques mutualistes de Grenoble

Vous pouvez verser votre aide à l’action juridique en suivant le lien ci-dessous:

APPEL au dons à AACMG via Hello ASSO



Lettre d’information N° 17

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est GHM-lettre-de-soutien-n%C2%B0-17-1-scaled.jpg.





NomValeur
Clé
Valeurno-sidebar

Ajouter un nouveau champ personnalisé :

NomValeur
Saisissez-en un nouveau

Les champs personnalisés peuvent être utilisés pour ajouter des métadonnées supplémentaires à une publication, que vous pouvez ensuite utiliser dans votre thème.

Visibilité

PublierFormat de publicationÉpingler en haut du blogEn attente de relectureAuteur/autrice

Type de publication

22 révisions

Voir l’article

https://amisdescliniquesmutualistesgrenoble.fr/?p=580(ouvre un nouvel onglet)

InformationActusNon classénouvelles brèvesque puis-je faireURGENT

Ajouter une nouvelle étiquette

Séparez avec une virgule ou avec la touche entrée.

Rédiger un extrait (facultatif)

En apprendre plus sur les extraits manuels(ouvre un nouvel onglet)

  • Article

Ne nous trompons pas de cible

Représenté

Vous avez lu dans la presse régionale ou nationale (Place Gre’net, TV Grenoble, le Dauphiné Libéré, Marianne) l’agitation autour des Cliniques Mutualistes de Grenoble ( ou Groupe Hospitalier Mutualiste, le GHM) à l’approche du référé du 16 juin.

Ne nous trompons pas de cible. Nous comprenons et partageons l’inquiétude des médecins du GHM. Ils souhaitent continuer à offrir aux patients la garantie d’être soignés dans les meilleures conditions, c’est leur seul et unique objectif et ils y consacrent tout leur temps.

Bien sûr nous aussi nous voulons que le GHM reste au service des habitants de la région Grenobloise, qu’ils puissent aller sans crainte aux urgences, ou se faire hospitaliser. Nous voulons également la garantie de la qualité des soins aux patients, que ne permettra pas la réduction drastique des soignants comme décidée par le directeur des opérations hospitalières et médicales du groupe Doctegestio/Avec qui est en danger financièrement.

Parce que le GHM est intrinsèquement lié à l’histoire de Grenoble, ville de la création des premières mutuelles ( société de secours mutuel des gantiers 1803) , parce que les adhérents des mutuelles ont participé financièrement à sa création en 1958, le GHM est un bien commun et nous devons veiller à son devenir.

 Déjà en février 2019, nous avons protesté à l’annonce faite par Patrick Brothier, président d’ADREA-AESIO de vouloir céder le GHM à un groupe privé lucratif. Il y avait alors dans ce projet une rupture totale avec les valeurs mutualistes.

Nous avons contacté ADREA, la MFI, pour leur faire part de notre incompréhension. Le président Patrick Brothier nous a  assuré qu’il recherchait un groupe solide capable d’assurer la pérennité de l’établissement, et la pérennité des emplois. 

Mais dans une opacité la plus absolue, il a préféré céder, en spoliant les mutualistes qui l’ont construit, le GHM à une association de mutuelles :  la pseudo-mutuelle Doctocare, mutuelle sans adhérent dépendant financièrement du groupe Doctegestio/Avec et d’autre part les Mutuelles de France du Var, à l’assise financière peu solide puisqu’ en redressement judiciaire depuis 2012, prolongée exceptionnellement de 2 ans en mars dernier.

Oui, nous contestons la manière dont s’est passée la cession du GHM au groupe Doctegestio/Avec (ne vous trompez pas, la marque AVEC masque les difficultés financières et les procès en tous genres).

Nous contestons parce que dans cette affaire, la loi n’a pas été respectée, mais bafouée à de nombreuses reprises.

Nous ne réclamons ni argent, ni pouvoir notre seul but est l’intérêt général.

 Et c’est bien cette cession à un groupe financièrement exsangue, qui ne garantit rien, que nous contestons, avec des usagers, l’union de quartier Berriat-Saint Bruno-Europole, les syndicats FO, CGT UNSA, la ville de Grenoble et la Métropole.

Aussi, nous serons présents au Tribunal ce mercredi 16 juin à 8h.

Venez nombreux soutenir la demande en référé pour le respect du droit et pour un GHM véritablement mutualiste et solidaire.

Et ci-dessous, la lettre de soutien n°11 :

GHM LETTRE de SOUTIEN n° 11 – 10 juin 2021

L’avenir du GHM devant la justice

La situation insupportable qui a été imposée au Groupement Hospitalier Mutualiste,depuis le 9 octobre 2020, sera exposée devant le Tribunal de Grenoble ce mercredi 16 juin 2021.

Dénonçons l’accaparement du GHM par le secteur privé.

Dénonçons les manœuvres de DOCTEGESTIO/AVEC pour faire main basse sur le GHM.

Dénonçons la trahison des mutuelles ADREA et MFI.

Affirmons notre volonté que le GHM soit mutualiste, non-lucratif et solidaire

sur le parvis du Tribunal de Grenoble

Mercredi 16 juin à 8h

Notre avocat plaidera l’annulation de la « vente » du Groupement Hospitalier Mutualiste (GHM) par AESIO-ADREA et la MFIà 2 mutuelles « paravents »(Doctocare et Mutuelles de France du Var),toutes les 2 contrôlées par DOCTEGESTIO devenu AVEC, société très privée, entre les mains de M. et Mme BENSAID.

Notre avocat exposera les nombreuses irrégularités commises : le non respect des statuts du GHM, le non respect du Code de la Mutualité… et le grand nombre de dysfonctionnements graves au sein du GHM depuis la prise en main par le groupe DOCTEGESTIO/AVEC.

Notre avocat demandera aussi l’annulation du projet de vente des murs du GHM par les mutuelles AESIO/ADREA et MFI, actionnaires majoritaires de la Société Civile Immobilière des Mutuelles de l’Isère (SCIMI),à ICADE-SANTE (filiale de la Caisse des Dépôts et Consignations).

Notre action en justice auprès du Tribunal de Grenoble est portée par des sociétaires individuels d’AESIO-ADREA, par la Métropole et la Ville de Grenoble, par trois syndicats, FOGHM, CGT et UNSA et par nous, les usagers.

Nous espérons une décision du Tribunal de Grenoble qui permette au GHM de retrouver toute son autonomie – hors du groupe DOCTEGESTIO/AVEC – dans le respect des valeurs de l’Économie Sociale et Solidaire (démocratie, non-lucrativité…). Et nous souhaitons que le personnel se retrouve en nombre suffisant et dans de bonnes conditions pour mettre en œuvre le projet médical du GHM dans le respect des valeurs mutualistes qui ont motivé sa création en 1958.

Nous comptons sur vous, l’audience au tribunal et notre message doivent être connus de tous !

Union de Quartier Berriat-St-Bruno-Europole
Hervé DERRIENNIC 06.76.83.13.93

Collectif des Usagers des Cliniques Mutualistes
Jean-Philippe MOUTARDE 06.63.08.50.82

Les Amis des Cliniques Mutualistes de Grenoble
Jérôme ALEXANDRE 06.73.52.01.78
amis_cliniques_mutualistes_grenoble@laposte.net

NB. L’audience est convoquée à 8h45 mais nous ne connaissons pas l’heure exacte de notre affaire.

Nous contacter ? courrier postal : Union de Quartier Berriat-St-Bruno-Europole, 14 pl. St Bruno, 38000 Grenoble; et courrier électronique : uniondequartierberriat@gmail.com

 
 
 

les Cliniques Mutualistes vendues au groupe privé lucratif Doctegestio

Le 9 octobre 2020, l’Assemblée Générale de l’UMGGHM, organe mutualiste qui gère les Cliniques Mutualistes de Grenoble modifie ses statuts pour permettre au repreneur choisi le 6 juillet 2020 de reprendre la gouvernance des Cliniques Mutualistes de Grenoble.
En quoi consistent les principales modifications statutaires, opérées par ADREA et la Mutualité de l’Isère?
Essentiellement en l’abandon des références à la Mutualité Française, qui dans le passé, a bien aidé les Cliniques. Abandon également au fond de garantie de la Mutualité Française.
Et pourquoi tout ceci?

Pour permettre au groupe Doctegestio de remplacer ADREA et MFI-SSAM au conseil d’administration, par simple substitution…
Substitution de deux vraies mutuelles (encore que la démocratie y soit rarement respectée, au moins pour la première), ADREA et MFI-SSAM, par une mutuelle coquille vide, Doctocare, et une mutuelle inféodée à Doctegestio.
Même l’Agence Régionale de Santé n’y a vu que du feu, ne s’est pas posé de questions, l’organisme qui possède les autorisations n’a pas changé de nom, et si peu de statuts…..

DocteGestio est une agence immobilière:
Siren :417 707 791
« Administrateur de biens, gestion et transactions immobilières, syndic
de copropriété, conseil et formation en immobilier, Toutes opérations
commerciales, financières, mobilières ou immobilières se rattachant a
l’objet social ».
Et comme chacun sait, les agences immobilières sont spécialisées en gestion d’hôpital.


Doctocare est présidée par le président du groupe privé lucratif Doctegestio, ses délégués à l’assemblée générale sont salariés de Doctegestio et l’autre Mutuelle, la Mutuelle de France du Var, est présidée par le président de Doctegestio, et ses délégués à l’assemblée générale sont, pour l’écrasante majorité, salariés de Doctegestio.
Ceci est contraire au code de la Mutualité.
Et voila le tour de passe passe. Sans rien débourser, le groupe Doctegestio, propriété à 90% de son président et de son épouse, peut s’enorgueillir de posséder le deuxième hôpital privé de France, le deuxième hôpital de l’Isère.

Mais ceci ne serait pas trop grave, si l’on excepte que ADREA et la MFI ont vendu quelque chose qui ne leur appartenait pas, en effet, les propriétaires des Cliniques Mutualistes de Grenoble c’est VOUS, les mutualistes, non ce qui est grave, c’est que le groupe Doctegestio est là pour faire de l’argent, et pour lui, tous les moyens sont bons pour en faire. Même au détriment des salariés. Oh, il (le président de Doctegestio) ne licenciera personne, il l’a promis… et c’est comme en politique, les promesses n’engagent que ceux qui les croient, mais il mettra tellement de pression sur les salariés, que dégoutés, au bord du burn-out, leur seule survie sera de démissionner. Et je plains les fournisseurs de ce nouveau GHM, le groupe Doctegestio ayant l’habitude de payer ses fournisseurs avec six mois de retard,quand il les paye.
C’est ainsi qu’il procède pour ses autres sociétés, comme l’indiquent les nombreux procès, qu’il perd toujours, d’ailleurs.
Et ce n’est pas le patient qui intéresse le président de Doctegestio, c’est l’argent qu’il peut lui rapporter.

C’est vrai, le président de Doctegestio apparait avenant, séduisant, rassurant : les salariés sont conquis….

Le vrai danger, c’est pour la santé des Grenoblois, car avec une gouvernance axée sur le profit à court terme, les économies seront faites sur le personnel, sur les équipements, et sure les fournisseurs. Certes, il faut atteindre l’équilibre, on ne peut continuer éternellement à puiser dans les fonds propres. Quand les murs et les exploitants appartiennent aux mêmes structures, tel que c’était avant la vente, c’est plus facile. A l’heure d’écrire ces lignes, la vente des murs n’est toujours pas faite, le futur nouveau propriétaire a surement demandé des garanties pour le paiement des loyers à Doctegestio, dépôt de garantie qui sera sans doute pris dans ce qui reste de fonds propres à l’UMGGHM.

Regardez sur Internet, l’est Républicain, tous ce qui se dit sur AMAP, marque de Doctegestio pour les services à domicile, regardez ce qui se dit sur POPPINS, société de Doctegestio, spécialisée dans les résidence de vacances, interrogez la mairie de Chamrouse, la Communauté de Commune Cœur de Maurienne Arvan (voir ci-dessous).
Nous n’inventons rien. Il suffit de chercher Doctegestio, AMAPA, POPPINS, et ne pas s’arrêter aux premières pages que vous propose votre navigateur internet.

Nous vous donnerons très prochainement rendez-vous dans ces colonnes, pour la suite que nous envisageons.

Enfin, pour avoir céder à Doctegestio, ni ADREA Mutuelle, maintenant le groupe AESIO, dont Patrick Brothier assure la la présidence de ce nouveau groupe de Mutuelle, ni la Mutualité Française, dont le même Patrick Brothier est vice président, ne sortent grandis de cette affaire.
C’est vrai que, de plus en plus, à de rares exceptions près, les mutuelles ressemblent davantage à des compagnie d’assurances qu’à des entreprises de l’Économie Sociale et Solidaire…

Liens vers des informations que l’on peut trouver sur Infogreffe ou sur Pappers.
N’oubliez pas de regarder les résultats de Doctegestio, et pas seulement le chiffre d’affaire

Mise à jour 28/11/2020

La mobilisation continue

Mercredi 11 nous avons reçu le soutien de François Ruffin, député, et nous avons remis la liste des premiers signataires de la pétition, pétition qui n’est pas close et qui continue de grandir, pétition à faire partager par tous nos amis.

Voici quelques liens de cet évènement devant les locaux d’Adrea Mutuelle avenue Félix Viallet à Grenoble

Vidéo du message de François Ruffin

Remise signatures

14826 signatures déposées pour Brothier a A>DREA Mutuelles

Connaissez vous le GHM?

Mais au fait, c’est quoi, le GHM. C’est quoi en termes de positionnement dans l’offre de soin sur le bassin Grenoblois ?

Le GHM c’est, en 2018, donc avant sa cession à Doctegestio :

Le 2ème acteur de santé Isérois, avec 25% de l’offre MCO (Médecine Chirurgie Obstétrique)
437 lits et places
39665 séjours (23662 en médecine, 4838 en chirurgie conventionnelle et 11165 en ambulatoire
89783 consultations externes
33087 passages aux urgences
11289 séances de chimiothérapies
22323 séances de radiothérapie
1692 naissances
710 tonnes de linge traité
145.6 millions d’Euros de budget d’exploitation consolidé, dont :
136 Me MCO
7 M€ laboratoire
1.8 M€ centres dentaires
0.8 M€ CPEF et centre gynécologique du Grésivaudan
3 M€ investissement

Le GHM c’est

Des missions de service public qui lui sont confiées :
La permanence des soins, avec gardes et astreintes, assurées dans la plupart des spécialités présentes.
La prise en charge des soins palliatifs, avec une équipe mobile.La lutte contre l’exclusion sociale, avec la permanence d’accès aux soins.
L’accueil d’internes (près de 690 en 2018, en médecine générale, oncologie, cardiologie ou urgences, et la formation initiale du personnel paramédical.
Des actions d’éducation et de prévention pour la santé, avec 2 programmes développés pour accompagner les patients pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique.


Des valeurs mutualistes et de non lucrativité :

Le Groupe Hospitalier Mutualiste de Grenoble comporte dans son ADN une démarche humaniste, tournée vers le patient, dans une logique de développement durable.

Membre et acteur de l’Économie Sociale et Solidaire, il promeut les principes et valeurs des établissements à but non lucratif :
• Solidarité, non discrimination et accessibilité pour tous
• Continuité des soins
• Prévention et l’Éducation à la santé
• Non lucrativité
• Offre de soins préventifs, curatifs ou palliatifs

Ces valeurs sont constamment réaffirmées et mises en œuvre, dans la pratique, par les professionnels.

Et c’est cela que AESIO-ADREA Mutuelle veut nous prendre et l’offrir au privé lucratif?

Non ce n’est pas souhaitable!

Retrouvez toutes ces information sur le site du GHM Grenoble:
https://www.ghm-grenoble.fr/
et nn’hésitez pas à parcourir les pages présentation de ce site.

Et pour tout savoir sur le projet de SCIC en cours, visitez

L’Humain au cœur du soin

Et ça marche!

La lettre publiée dans le Dauphiné Libéré du 9 février dernier m’a valu un appel de Catherine Bolze, conseillère régionale et candidate sur une des 3 listes de La Tronche (liste Ytournel)
Madame Bolze a envoyé un courriel au secrétariat général de la Région, qui malheureusement ne peut pas intervenir dans la vente, puisque cela se passe entres des acteurs privés (AESIO Adrea Mutuelle, et les candidats éventuels à la reprise.) Mais la région pourra soutenir peut-être le statut d’ESPIC lorsque la cession sera faite, comme elle l’a fait d’après ce que j’ai compris pour une clinique mutualiste de Saint Etienne récemment.

Certes, le résultat n’est pas l’arrêt du projet de cession. Certes, nous ne savons pas si le projet de SCIC sera pris en compte. Mais au moins, quelq’un a réagi, qui n’est pas candidat dans une des grandes communes de l’Agglomération.

Je sais que le Maire de Grenoble, que le président de la Métro travaillent également sur le sujet. Mais il y a 47 communes dans l’Agglo. Il y en a encore 45 à mobiliser.

Bon courage, et à vos plumes

Je secoue mon candidat à la Mairie

Les périodes électorales sont le printemps des promesses: elles poussent de partout, et pourtant, ce ne sont que des promesses.
Nous avons besoin de savoir comment nos candidats au scrutin de mars prennent part au débat sur les Cliniques Mutualistes de Grenoble.
Beaucoup de ces candidats ont des carnets d’adresses bien fournis, notamment au niveau parisien.
Et bien c’est l’occasion de leur faire ouvrir leur carnet d’adresses pour appuyer notre demande de garder aux Cliniques Mutualistes de Grenoble leur statut d’ESPIC. Même mieux, on peut leur demander d’ouvrir leur carnet d’adresses pour faire pression sur le président d’AESIO, Patrick Brothier.

Alors écrivons:

COMMUNE, le 7 février 2020
Monsieur ou Madame X,
Vous êtes candidat aux élections municipales de mars 2020. Vous souhaitez devenir le maire de notre belle commune de COMMUNE
Vous savez qu’en tant que premier maillon du pouvoir dans notre commune, vous serez responsable de l’état sanitaire des habitants. Vous ne pouvez pas ignorer le débat citoyen qui s’est ouvert au sujet des Cliniques Mutualistes de Grenoble, et du projet désastreux de cession du président Brothier, président de AESIO Adrea Mutuelle, administrateur majoritaire de l’UMGGHM, union mutualiste qui gère nos cliniques mutualistes.
Madame la candidate à la Mairie, Monsieur le candidat à la Mairie, vous pouvez faire quelque chose pour notre santé. Soutenez le projet de SCIC qui démarre pour gérer nos cliniques Mutualistes, gestion que ne veut plus assurer AESIO-ADREA Mutuelle, ou faites pression pour stopper ce projet de cession. Vous avez des relations avec ceux qui nous gouvernent. Vous avez vos entrées à l’Assemblée Nationale, au Sénat, au Ministère de la Santé. Servez vous de votre carnet d’adresses, et dites nous, lors des réunions publiques que vous organisez pour vos élécteurs, ce que VOUS aurez fait sur ce sujet. Non pas ce que vous promettez de faire, mais ce que VOUS AUREZ FAIT d’ici les élections.

En effet, sur ce dossier, le temps est compté.
Nous saurons alors, Madame la Candidate, Monsieur le Candidat, si sur ce sujet, nous pourrons voter pour vous.
Cordialement,
Prénom Nom, électeur de COMMUNE

Et vous pouvez envoyer une copie de votre lettre au journal de votre choix.

QUE PUIS-JE FAIRE?

Comme beaucoup, vous ne savez pas que faire. Comme beaucoup, vous êtes adhérent d’une mutuelle, mais vous ne pouvez faire entendre votre voix. Usez alors de ce qui vous reste: la parole publique, ou votre parole en directe.

Plusieurs actions vous sont offertes, elles s’enrichiront au fur et à mesure de vos idées.

  • Ecrire à AESIO Adrea Mutuelle

  • AESIO ADREA Mutuelle
    A l’attention de Monsieur Patrick Brothier, président
    A l’attention de Monsieur Denis Philippe, vice-président, president de la CRESS PACA
    25 place de La Madeleine
    75008 PARIS
  • Ecrire à votre député, Olivier VERAN, Emilie Chalas, au maire de votre commune ou aux candidats qui se présentent aux élections, écrivez au président du Conseil Départemental, au président de la Metro, au Président de la Région Auvergne Rhone Alpes, bref secouez tout le petit monde politique, et même vous pouvez écrire au président de la République, c’est gratuit.
  • Si vous êtes adhérent à AESIO ADREA Mutuelle,,
    quittez cette « mutuelle ».
    Vous payerez peut-être moins cher dans une autre, et vous affaiblirez la présence d’AESIO Adrea Mutuelle dans le département.
    Les délégués aux Assemblées Générales de la MFI, par exemple; sont fonction du nombre d’adhérents à une mutuelle
    .
    En général, la rupture de votre contrat ne peut se faire qu’au renouvellement de celui ci. Demandez à AESIO Adrea Mutuelle la date de renouvellement de votre contrat. Ils sont tenus de vous répondre.